Les Explorateurs du Gâtinais
Les Explorateurs du Gâtinais

L’agriculture et la société ont beaucoup évolué en une centaine d’années. Après la seconde guerre mondiale les français sont dévastés par la guerre, ils ont faim, et l’agriculture est archaïque, elle ne peut pas répondre aux besoins de la société. La grande transformation commence.

 

  • Avec le Plan Marshall (47) les américains permettent aux agriculteurs de se moderniser, le cheval est remplacé par le tracteur. Le travail est moins pénible, plus efficace, la main d’œuvre est moins nécessaire à la campagne et migre vers les villes où elle travaille à enrichir la France d’autres biens. A l’époque il y a un agriculteur pour 6 personnes. Tous les enfants connaissent un agriculteur, ont été traire une vache ou ramasser des œufs ou cueillir des haricots…
  • Deuxième étape qui commence dans les années 60 est difficile, le tracteur permet maintenant d’exploiter des surfaces supérieures. Le remembrement commence, les parcelles sont regroupées et de nombreux agriculteurs sont invités à partir, souvent dans la douleur. Les haies sont rasées, les fossés comblés. Les semences anciennes sont remplacées par des variétés sélectionnées scientifiquement pour leur performance. Les campagnes se vident encore. L’Europe met en place la PAC qui soutien les prix des productions agricoles les poussant ainsi à produire plus.
  • Dans les années 70, la modernisation est bien avancée, l’agriculture nourrit la population. On commence cependant à se douter des conséquences qu’une évolution si rapide peut avoir. En particulier au niveau environnemental. Des voix s’élèvent contre l’agriculture industrielle.
  • Dans les années 90, première crise de confiance d’ampleur avec la vache folle, depuis les crises alimentaires ne font que se répéter. D’un autre côté les OGM apparaissent avec de nouvelles promesses et de nouveaux doutes.
  • En réponse dans les années 2000 se développent des initiatives alternatives aux pratiques conventionnelles : le Bio, les AMAP (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne) et les circuits courts.
  • En 2014, le bio est maintenant accessible, même si la production française reste très inférieure à la consommation et que les produits bios sont très largement importés. Il y a un agriculteur pour 147 français. On demande de plus en plus aux exploitants, respect de l’environnement, respect de normes sanitaires de plus en plus exigeantes, performance économique face à la concurrence internationale, faire du lien avec les habitants, commercialiser ces produits en vente directe. Les exploitants se sentent parfois lâchés par une société qui ne les connaît plus et les soupçonne. Le fossé se creuse.

L’association ne cherche pas à pointer du doigt des coupables. Elle part du constat d’une crise dans le lien entre les français et leur terroir. Elle cherche à monter des actions contribuant à retisser ce lien en se servant des bonnes volontés existantes de tous les côtés. D’un côté en sensibilisant la population aux problématiques de l’agriculture et de l’autre en accompagnant les agriculteurs dans les évolutions de la société.

Pour sa première année les explorateurs du Gâtinais se penche sur l’avenir de la société avec son programme : Intergénération Agricuture. Elle cherche à créer de belles rencontres entre d’anciens exploitants agricoles aujourd’hui retraités ou des agriculteurs encore en activité et des enfants de classe primaire. En créant des outils modernes ludiques et pédagogiques, en apprenant aux agriculteurs à s’adresser à la nouvelle génération et en mettant en relation tout ce petit monde..

 

Le réseau des circuits courts

Intergénération agriculture
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Les Explorateurs du Gâtinais